Blog

Gestion de projet et agilité : les grands principes

Gestion de projet Agile - Prodecys

L’approche Agile est née du constat d’échec des méthodes traditionnelles de gestion de projets informatiques, en particulier pour les développements Web, technologiques ou innovants.

Ces modes de développement basés sur des cycles courts et sur l’amélioration continue trouvent leur fondement dans les années 70 dans le « toyotisme ».
A cette époque on ne parle pas encore de méthode agile mais les préceptes sont établis. C’est dans les années 90, sous l’impulsion de Jeff Sutherland et de l’élaboration de la méthode qu’il baptise Scrum, que l’on commence à parler de méthode agile.
Inspirée de l’exemple de firmes nippones (telles que Toyota ou Honda), son nom est emprunté au rugby en référence à ses valeurs, à l’esprit d’équipe, et à la mêlée (« scrum ») au sein de laquelle l’objectif est de faire circuler le ballon tout en restant unis.

Le concept « Agile » est né !

C’est une dizaine d’années plus tard, en 2001, que le Manifeste Agile donne ses lettres de noblesse aux méthodes agiles en édictant les 4 valeurs et les 12 principes qui les régissent.

4 valeurs du manifeste Agile
Les 4 valeurs du manifeste Agile (Source : http://agilemanifesto.org/iso/fr/manifesto.html)

Les 12 principes sont consultables à l’adresse suivante :
http://agilemanifesto.org/iso/fr/principles.html

Les méthodes Agiles les plus utilisées aujourd’hui sont :
– l’eXtrême Programming (XP)
– Scrum
– Feature Driven Development (FDD)
– Lean Software Development
– Agile Unified Process (Agile UP ou AUP)
– Crystal
– Dynamic Systems Development Method (DSDM)

 

Agile, c’est quoi ?

 

Une réponse aux écueils de la gestion de projet traditionnelle :
– Rigidité induite par un cahier des charges qui fige les besoins dans le temps
– Lourdeur d’exécution
– Dérapages du budget
– Non-respect des échéances
– Manque de dialogue entre les clients et les prestataires qui conduit à l’ « effet tunnel » et de fait à la non-conformité des livrables aux attentes du clients.

Souplesse et conformité

A l’opposé de cette démarche, l’approche Agile part du principe que tout prévoir et tout spécifier à l’avance est contre-productif. Elle est centrée sur les besoins du client, elle procède par itérations incrémentales et itératives et s’appuie sur les concepts de l’amélioration continue.

Le client est impliqué dans la réalisation sur toute la durée du projet. Le travail et les objectifs sont organisés en cycles courts dans le but de livrer rapidement et régulièrement des produits « finis » opérationnels évalués par le client. Ainsi, ce dernier a une bonne visibilité de l’évolution du produit en développement et peut faire des feedbacks réguliers à l’équipe. Les résultats de ces évaluations donnent lieu à des ajustements réalisés lors du cycle de développement suivant. A chaque cycle le besoin est ajusté. De cette façon, les bonnes idées sont conservées et celles qui s’avèrent mauvaises sont abandonnées au cours du développement. Par cette méthode, on ne développe que ce qui est nécessaire donc on gagne du temps et on est plus productif.

Les principes de mise en œuvre

Il s’agit de fournir une version minimale du produit puis à intégrer des fonctionnalités supplémentaires à chaque version en suivant un processus itératif. Chaque itération suit le même déroulement. Leur nombre dépend de l’adéquation du produit livré avec le besoin du demandeur. Les modifications interviennent dans le processus en fonction des demandes du client, ce qui fait avancer le projet plus rapidement.

Un rendez-vous important et incontournable de l’équipe au cours d’un projet mené en mode agile est le stand-up meeting. Il s’agit d’un point d’avancement quotidien de quelques minutes (5 à 10 minutes environ) au cours duquel chaque membre de l’équipe relate les faits actuels, partage les actions à prévoir pour le lendemain, exprime les obstacles et les difficultés rencontrés. C’est une des clés du succès dans ce type de démarche : la collaboration et le partage.

 

Les points forts et les difficultés

Les points forts de l’approche Agile

Ils portent essentiellement la dynamique interne du projet :

  • Un produit conforme aux attentes du client grâce à une communication constante et efficace entre le demandeur et l’équipe de réalisation tout au long du projet
  • Un produit fonctionnel livré régulièrement
  • Une forte adaptabilité
  • Des délais respectés
  • Un engagement personnel des membres de l’équipe
  • Une documentation minimale

Ils contribuent à gagner en productivité et à baisser les coûts de production ce qui explique l’engouement actuel pour les méthodes agiles plus uniquement pour les projets courts de type web, mais pour des projets de plus en plus conséquents.

Les difficultés

Cependant, l’insertion du projet agile dans son environnement reste encore difficile. Si l’organisation des projets menés en mode agile est exemplaire, basée sur l’autogestion, l’autonomie, le respect et la confiance et est probablement une des raisons de leur efficacité, elle ne laisse que peu, voire pas de place aux interactions du projet avec l’organisation extérieure, en particulier avec l’environnement réglementaire et structurel de l’entreprise. Si l’usage de ces méthodes veut se généraliser et s’étendre à d’autres domaines (on voit émerger les volontés d’entreprise agile, de management agile) il faudra qu’elles sachent s’adapter et s’ouvrir à l’écosystème ambiant.

 

Conclusion

 

Il n’est pas si aisé d’assurer la mutation des méthodes prédictives traditionnelles vers les méthodes agiles. Il n’existe pas de méthode universelle. Si les principes sont faciles à comprendre, la mise en œuvre est plus difficile. L’agilité induit un énorme changement dans les organisations afin de gagner en réactivité, maîtriser le budget et remporter l’adhésion. Le mode de management est totalement différent de celui pratiqué en gestion de projet classique et prend une toute nouvelle dimension. Il doit relever les défis d’un environnement en perpétuelle évolution et accompagner une équipe autonome et auto-organisée. L’équipe projet doit être rompue aux pratiques agiles pour les appliquer et assurer le rythme adéquat. Il est important de bien choisir les projets qui s’y prêtent et d’accompagner le changement. Pour cela il faut analyser et évaluer le contexte de l’entreprise, identifier les risques et les résistances au sein de l’organisation et transformer les entreprises en organisations apprenantes.

Prêt pour l’agilité ? Prodecys vous accompagne dans cette mutation. Contactez-nous

Gestion des couts outils PPM - Prodecys

La gestion financière des projets grâce à un outil PPM

Lorsque l’on parle de gestion de projets, on pense souvent à un planning qui montre enchaînement des activités sur un graphique de type Gantt.
Mais, il ne faut pas oublier que la gestion de projets intègre évidemment cette gestion indispensable des activités, mais également la prévision et la gestion des ressources humaines et financières associées à ces activités.
Selon la taille du projet, sa durée ou sa complexité, le contrôle, le suivi des coûts prévisionnels et réalisés est tout simplement crucial, au même titre que le respect des délais annoncés.
En effet, le succès d’un projet se mesure au respect des délais et des coûts annoncés pour un niveau de qualité défini.

Pour respecter les coûts annoncés, encore faut-il les avoir correctement prévus !
Gérer les risques avec Planisware

Gérer les risques avec Planisware

Dans Planisware, les risques sont utilisés pour modéliser un potentiel coût supplémentaire ou un retard pouvant arriver dans un projet. Associé au processus de prise de décisions « Stage & Gate », cet outil permet de prendre des décisions éclairées.
Management du risque - Prodecys

Savez vous gérer les risques de vos projets ?

Bon nombre d’articles sur le web traitent des principes et de l’importance de la gestion des risques et en effet, ce serait une erreur de négliger cet aspect de la gestion de projet. Il est très important de garder l’idée suivante en tête : la prise de risque est inévitable pour tout projet.
Kpi - Gestion de projet

Comment mesurer le succès d’un projet ?

Le projet fait partie inhérente de la vie de l’Entreprise. Il contribue fortement à son développement s’il est aligné à la stratégie de l’entreprise et s’il est correctement mené. Le réaliser, c’est fixer des objectifs précis qui seront mesurés en termes de réalisations tout au long de son déroulement. Mais comment mesurer le succès d’un projet ? Sa réussite se limite-t-elle à l’atteinte de ses objectifs ?
La conduite du changement

La conduite du changement

Au cours de la vie d’une entreprise, il est inévitable de devoir traverser de nombreux changements. Mais comment s'assurer que tout se déroule au mieux ?
Article Implémenter Une Culture Projet 3 De 3

Prêt à mettre en place votre culture projet dans votre entreprise ?

Si vous avez lu nos 2 articles « Culture projet Kezaco ? » et « Pourquoi mettre en place une culture projet ? » et que vous souhaitez passer à l’action, nous y voilà ! Vous aurez compris qu’une culture projet ne se décrète pas, elle doit se construire avec le temps, être une volonté de l’organisation et seulement ensuite vous allez pouvoir récupérer tous les fruits de ce travail.
Article Implémenter Une Culture Projet 2 sur 3

Pourquoi mettre en place une culture projet ?

Si vous avez lu notre article « Culture projet kezaco ? », vous aurez compris qu’il existe un lien entre culture projet et culture d’entreprise. Il ne reste plus qu’un pas à faire pour établir le lien entre culture projet et stratégie d’entreprise.
Implémenter Une Culture Projet 1/3

Culture projet kezaco ?

Dans cette première introduction à la culture projet, vous apprendrez comment faire la différence entre culture projet et projet. Vous comprendrez quel est son lien avec la culture d'entreprise et quelles sont ses fondations.
Enjeux de la gestion de portefeuille

Gestion de portefeuille de projets, quels enjeux ?

La gestion de portefeuille de projets est utilisée dans les industries depuis de nombreuses années. L’industrie Pharmaceutique l’a même placée au cœur de sa stratégie. En donnant une vision globale des projets en cours, le portefeuille de projets permet de vérifier si les projets sont en phase avec les grandes options stratégiques.
Schéma sur la méthodologie du Stage &Gat

Gouvernance Projet : Le Stage and Gate pour quoi faire ?

Comme beaucoup d’organisations vos projets prennent du retard, subissent des changements de dernière minute, ne sont pas toujours alignés avec la stratégie de l’entreprise ou l’attente du client ? 

Tout projet, qu’il s’agisse d’innovation produit ou pas, répond au moment de son lancement à un besoin stratégique et financier de l’entreprise. Le gestionnaire de projet va rencontrer différents aléas internes et externes à votre organisation qui vont impacter vos projets. 

Votre projet vous coûte cher, mais allez-vous avoir le retour sur investissement attendu ?
shema-analyse-de-maturite-de projets

Comment évaluer la maturité de la gestion de projets dans son organisation?

La gestion de projets regroupe un nombre important d’activités telles que la sélection des idées et des opportunités à intégrer dans votre liste de projets à mener.
On y trouve également l’arbitrage des projets qui est de la responsabilité du management de portefeuille de projets et recommande la direction à suivre pour les projets à lancer, arrêter ou mettre en suspens.
Gestion Des Ressources

Comprendre les concepts de la gestion des ressources

Dans un projet, la gestion des ressources est complexe et critique par ses interconnexions avec l’ensemble des domaines de la gestion de projet (périmètre, plan projet, coût, qualité, communication, risques et contrats) et par ses aspects humains.
Les ressources peuvent être humaines, matérielles ou financières. Elles englobent les compétences, les savoirs, la technologie. Parce qu’elles sont limitées, gérer les ressources de façon optimale est essentiel pour atteindre les objectifs fixés et répondre aux impératifs de qualité, coûts et délais.
Visual Management 2

Le Visual Management au service du projet

Inspiré de la méthode Lean inventée par Toyota dans les années 1980, le Visual Management a été récupéré par les méthodes “Agile”.
Outil d’anticipation, le Visual Management est le complément indispensable des outils PPM (Portfolio and Project Management). Le premier dédié au pilotage opérationnel, les seconds au pilotage stratégique du portefeuille de projets.